Le cannabis médical peut aider à traiter les troubles du spectre autistique

 

Enfant autiste

Les médicaments à base de cannabis contenant du cannabidiol (CBD), du tétrahydrocannabinol (THC) et de la cannabidivarine (CBDV) peuvent réduire les symptômes des troubles du spectre autistique. Le CBD et le CBDV ont amélioré l’équilibre des neurotransmetteurs excitateurs et dépresseurs dans le cerveau, qui est déréglé chez les personnes autistes. Telles sont les conclusions d’une équipe de chercheurs du Brésil.

Troubles du spectre autistique – Qu’est-ce que c’est ?

Les troubles du spectre autistique (TSA) sont un groupe de troubles du développement neurologique apparaissant pendant l’enfance et caractérisés par une altération des aptitudes sociales. Les comportements, intérêts et activités répétitives et stéréotypés sont typiques de ce trouble. La communication et le langage sont altérés. On estime que 62 personnes sur 10 000 dans le monde sont atteintes de TSA. De nombreux enfants présentent d’autres troubles tels que l’hyperactivité, les comportements d’automutilation, l’agressivité, l’agitation, l’anxiété et les troubles du sommeil. Cela conduit souvent à l’exclusion sociale.

Les TSA sont traités à l’aide des médicaments suivants, qui sont censés réduire les symptômes :

– Les antipsychotiques atypiques, les anticonvulsivants et les stabilisateurs de l’humeur améliorent les troubles du comportement (par exemple, l’agitation et l’agressivité).

– Les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) améliorent le comportement obsessionnel-compulsif, la dépression et l’anxiété.

– Les stimulants et l’antihypertenseur clonidine améliorent la concentration et réduisent l’hyperactivité.

Cependant, pour 40 % des patients, les médicaments standard ne sont pas suffisamment efficaces. En outre, certains médicaments peuvent avoir des effets secondaires graves.

Moins de plaintes telles que l’agressivité, l’anxiété et l’agitation

Des chercheurs de l’Université fédérale de Paraíba au Brésil ont effectué une recherche documentaire systématique dans les bases de données en octobre 2020 afin de compiler l’état actuel des connaissances sur le traitement des TSA par les cannabinoïdes.

La recherche a initialement donné lieu au filtrage de 425 publications. L’équipe a évalué neuf publications qui portaient sur des essais cliniques et des études de cas chez des personnes atteintes de troubles du spectre autistique. Les autres publications ont été exclues, notamment les recherches fondamentales sur le rôle du système endocannabinoïde dans l’autisme, les modèles animaux ou les expériences avec du cannabis récréatif ou des produits illicites.

Les études évaluées provenaient d’Israël, d’Angleterre, du Brésil et des États-Unis. Dans la plupart des cas, ce sont des produits au cannabis riches en CBD qui ont été étudiés : sept études ont été menées avec du cannabidiol (CBD) et une étude avec du dronabinol, une forme synthétique de tétrahydrocannabinol (THC). Une autre étude portait sur l’effet de la cannabidivarine (CBDV).

Comme l’a montré l’étude, l’utilisation du cannabis médicinal a apporté, entre autres, les améliorations suivantes: 

– Diminution des comportements d’automutilation, des comportements agressifs, des symptômes dépressifs, de l’anxiété, de l’agitation, de l’agitation psychomotrice et des accès de colère.

– Diminution de la sensibilité sensorielle et de l’irritabilité.

– Amélioration des compétences sociales, des performances mentales, de l’attention, des compétences linguistiques, de l’endurance et du sommeil.

Pratiquement aucun effet secondaire avec le cannabis médicinal pour le traitement des TSA

Le cannabis médicinal est généralement bien toléré. Seuls 2,2 à 14 % des personnes concernées ont signalé des effets secondaires légers à modérés. Il s’agit par exemple d’une augmentation de l’appétit ou d’un rougissement des yeux. Des troubles tels que l’agitation, des problèmes de sommeil, une limitation des performances mentales, des problèmes de comportement ou un comportement agressif peuvent également survenir. Dans un cas, une psychose est apparue sous THC et CBD : Après l’arrêt de l’étude et le passage à un antipsychotique atypique, les effets secondaires ont disparu après 9 jours.

Le système endocannabinoïde régule l’altération des fonctions cérébrales dans les TSA

Les experts pensent qu’un dérèglement du système endocannabinoïde (SEC) est l’une des causes des troubles du spectre autistique. Des études ont révélé des niveaux altérés d’anandamide, un endocannabinoïde, chez les enfants atteints, qui persistent à l’adolescence et à l’âge adulte. Dans une étude réalisée en 2019, des chercheurs israéliens ont constaté une réduction des taux sanguins de certains endocannabinoïdes chez les personnes atteintes.

Le SEC régule l’équilibre entre le messager inhibiteur GABA (acide gamma-aminobutyrique) et le neurotransmetteur excitateur glutamate. Dans les TSA, cet équilibre est déréglé en raison de l’absence d’anandamide. Le cerveau des personnes autistes réagit différemment au GABA. Dans les publications analysées, les cannabinoïdes CBD et CBDV ont été capables de modifier la transmission des stimuli. Le psychotrope THC a réduit les troubles tels que l’hyperactivité et l’irritabilité en activant le SEC dans le système nerveux central.

Contrairement à de nombreuses autres substances messagères, les endocannabinoïdes ne sont pas stockés dans l’organisme. Ils sont produits par la cellule nerveuse postsynaptique en cas de besoin et sont rapidement inactivés après avoir rempli leur fonction.

Interactions possibles avec d’autres médicaments

Une étude a porté sur un extrait de cannabis riche en CBD chez des patients atteints de TSA, dont certains souffraient également d’épilepsie. Ceux qui prenaient du cannabis médicinal en même temps que d’autres médicaments psychoactifs ont signalé davantage d’effets indésirables, comme une augmentation de l’appétit ou des étourdissements. Les antipsychotiques, en particulier, interagissaient avec les cannabinoïdes. Certains patients ont donc dû interrompre leur traitement au cannabis en raison d’effets secondaires tels que des palpitations cardiaques ou d’effets paradoxaux comme l’insomnie, l’irritabilité et l’aggravation des troubles du comportement. Les experts parlent de réactions paradoxales lorsqu’un médicament produit l’inverse de l’effet escompté. Les patients qui prennent beaucoup de médicaments doivent donc être suivis de particulièrement près par un médecin et la dose de cannabis doit être augmentée lentement.

Le cannabis médical, en particulier les préparations riches en CBD, montre des effets prometteurs chez les personnes atteintes de TSA et pourrait constituer une option thérapeutique importante à l’avenir. Des études en double aveugle et des études de suivi sont nécessaires pour se prononcer clairement sur l’effet des cannabinoïdes dans les TSA.

Sources

Silva EAD Junior, Medeiros WMB, Torro N, Sousa JMM, Almeida IBCM, Costa FBD, Pontes KM, Nunes ELG, Rosa MDD, Albuquerque KLGD. Cannabis and cannabinoid use in autism spectrum disorder: a systematic review. Trends Psychiatry Psychother. 2021 May 21. doi: 10.47626/2237-6089-2020-0149. Epub ahead of print. PMID: 34043900.

Ajouter un commentaire

Anti-spam